Les rebattements héraldiques

En héraldique, le rebattement est le nom donné à la répétition de partitions ou de pièces, qui aboutit à des motifs « à rayures. » Le rebattements des pièces ne pose aucun problème, cette page se concentre donc uniquement sur le rebattement des partitions. De mon point de vue toutefois, dans une volonté de simplification, je préfère ne pas considérer les champs rebattus comme des partitions, car contrairement aux véritables partitions, la règle de contrariété des couleurs s’applique aux champs rebattus.

Il existe plusieurs catégories de champs rebattus.

_________________________________________________________________________________

Les palés et vergettés.

Palé de six piècesLe palé naît de la répétition du parti, il s’agit donc d’un motif à rayures verticales. Sa dimension par défaut est de six pièces. Il peut toutefois également être de quatre ou de huit pièces. Au-delà, il devient vergetté de dix ou douze pièces. Lorsqu’il est coupé d’un trait, le palé devient contrepalé. Sa dimension par défaut est toujours de six pièces. Il peut toutefois également être de trois, de quatre ou de huit pièces. Au-delà, il devient contrevergetté de dix ou douze pièces.

_________________________________________________________________________________

Les fascés et burelés.

Fascé de six pièces

Le fascé naît de la répétition du coupé, il s’agit donc d’un motif à rayures horizontales. Sa dimension par défaut est de six pièces. Il peut toutefois également être de quatre ou de huit pièces. Au-delà, il devient burelé de dix ou douze pièces. Lorsqu’il est parti d’un trait, le fascé devient contrefascé. Sa dimension par défaut est toujours de six pièces. Il peut toutefois également être de trois, de quatre ou de huit pièces. Au-delà, il devient contreburelé de dix ou douze pièces.

_________________________________________________________________________________

Les bandés et coticés.

Bandé de six piècesLe bandé naît de la répétition du tranché, il s’agit donc d’un motif à rayures diagonales allant de gauche à droite. Sa dimension par défaut est de six pièces. Il peut toutefois également être de quatre ou de huit pièces. Au-delà, il devient coticé (en bande) de dix ou douze pièces.

_________________________________________________________________________________

Les barrés et contre-coticés.

Barré de six piècesLe barré naît de la répétition du taillé, il s’agit donc d’un motif à rayures diagonales allant de droite à gauche. Sa dimension par défaut est de six pièces. Il peut toutefois également être de quatre ou de huit pièces. Au-delà, il devient contre-coticé ou coticé en barre de dix ou douze pièces.

_________________________________________________________________________________

Les échiquetés.

Echiqueté de six tiresL’échiqueté naît de la répétition de l’écartelé, il s’agit donc d’un motif à carreaux. Sa dimension par défaut est de six tires. Il peut toutefois également être de quatre, de huit, de dix, voire de douze tires. Lorsqu’il n’est que de trois tires, l’échiqueté est appelé équipolé.

_________________________________________________________________________________

Le losangé.

LosangéLe losangé naît de la répétition de l’écartelé en sautoir, il s’agit donc d’un motif à carreaux basculés. Il est sans dimension, c’est-à-dire que le nombre de carrés basculés n’a pas d’importance.

_________________________________________________________________________________

Le fuselé.

Fuselé en palLe fuselé naît de la répétition du meuble héraldique qu’est le fuseau, il s’agit donc d’un motif à losanges dont la petite diagonale vaut la moitié de la grande. Il est sans dimension, c’est-à-dire que le nombre de fuseaux n’a pas d’importance. Par défaut, le fuselé est en pal, mais il peut également être en bande ou en barre.

_________________________________________________________________________________

Les chevronnés.

Chevronné de six piècesLe chevronné naît de la répétition du coupé en chevron, il s’agit donc d’un motif à rayures en forme de V inversé. Sa dimension par défaut est de six pièces. Il peut toutefois également être de quatre ou de huit pièces. On ne le trouve que très rarement de dix ou douze pièces, à ce stade le nombre de chevrons n’est bien souvent plus significatif d’ailleurs. Lorsqu’il est parti d’un trait, le chevronné devient contre-chevronné. Sa dimension par défaut est toujours de six pièces. Il peut toutefois également être de quatre ou de huit pièces, voire de dix ou douze pièces.

_________________________________________________________________________________

Les gironnés.

Gironné de huit piècesLe gironné naît de la répétition de l’écartelé et de l’écartelé en sautoir, il s’agit donc d’un motif circulaire en forme de roue ou de rayons de soleil. Sa dimension par défaut est de huit pièces. Il peut toutefois également être, de dix ou de douze pièces. Lorsqu’il n’est que de six pièces, il est mal-gironné, au moyen du coupé, du tranché et du taillé ou du parti, du tranché et du taillé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :